Saturday, August 19, 2006

A propos de l'Algérie

(Légende des photos : famille Barral, exterminée par le FLN. A gauche, Josiane (12 ans), en haut à droite Suzy (20 ans) et en bas à droite sa mère (44 ans). La fillette a été retrouvée attachée à son lit et violée collectivement).

Dans Les Lettres Fersanes de juillet 2006, j'ai publié le témoignage d'un soldat sur le massacre abominable d'une famille de Pieds-Noirs par le FLN (voir le blog http://henridefersan.blogspot.com). Hélas, le manque de place m'ont contreint à faire des coupes. Au nom de la mémoire, je me devais de le publier quelque part in extenso. Ce sera donc ici.
Je veux raconter...
Les toutes premières victimes innocentes, qui au lendemain de la Toussaint sanglante, pour la plupart des femmes et des enfants, étaient retrouvées affreusement mutilées, mais ceci n'allait être que le prélude d'une extermination qui devait durer plus de sept ans.
Alors que je me trouvais avec mon unité en Oranie, nous étions chargés d’assurer la protection de femmes isolées et au cours de la journée nous passions les voir afin de les rassurer. Je me souviens en particulier d'une famille de cultivateurs dont leur ferme n'était qu'à une vingtaine de kilomètres de notre base, elle était composée du père, de la mère et de quatre enfants dont l’aînée, une fillette de quatorze ans et le dernier âgé seulement de quelques mois, ils avaient installé sur le toit une sirène à air comprimé qu’ils devaient déclencher en cas d’attaque. Je me souviens de cette nuit où le hurlement lugubre de la sirène semblait nous dire : « dépêchez-vous » .
Je veux vous raconter ce que nous avons retrouvé à notre arrivée :
La grange était en feu, dans la cour la fillette était au sol, morte et entièrement dévêtue, après l’avoir violée ils lui avaient tranche la tête et déposée entre ses jambes nues. Mes hommes et moi étions pétrifiés, incapable de bouger, le plus jeune du groupe a vomi et a refusé d’aller plus loin.
Nous nous sommes dirigés vers l’entrée de la maison et là, dans la grande pièce qui servait de séjour, j'ai découvert ce qu'on appelle l'horreur, le père était étendu près de la grande table qui occupait le centre de cette pièce, son visage, les yeux grand ouvert disaient encore sa souffrance et sa bouche entre-ouverte avait vainement tenté de prendre un peu d'air quand ils l'ont égorgé, son pantalon était rabattu sur ses chaussures.
Il était émasculé et il y avait du sang partout sur le sol.
Sur la grande table gisait sa femme, la jupe retroussée sur sa poitrine, une grande plaie allant du pubis jusqu'à la taille et par où s’échappaient ses viscères qui pendaient le long de la table.
Un peu plus loin sur le sol, une « bouillie » sanguinolente qui de prime abord ne ressemblait à rien, était en fait les deux garçons sur qui les terroristes s’étaient acharnés probablement à coup de barre transformant leur tête en une espèce de galette rouge dont la cervelle striait de blanc cette flaque.
Enfin je dois raconter aussi comment nous avons découvert le quatrième enfant. Un bébé d’une quinzaine de mois, comment décrire la scène tant cela est hideux, dans la cheminée éteinte ils s’étaient servi du tournebroche pour empaler l’enfant, le pique qui traversait son corps ressortait près du cou, sa tête pendait et ses mains touchaient les cendres du foyer.
Il flottait dans la pièce une odeur fade, et je sais à présent ce que l’on appelle l’odeur de la mort ; Les corps étaient encore chauds preuve que le massacre venait d’avoir lieu, les salopards ne devaient pas être bien loin.
Nous avons roulé les cadavres dans nos toiles de tentes afin de les ramener à notre camp, et j’ai du personnellement retirer le pique qui empalait le bébé car les hommes qui m’accompagnaient ont refusé de toucher le petit corps meurtri et je ne voulais pas, par respect pour cet enfant dont le seul crime avait été de naître européen, que d’autres le voient.
Peut-on imaginer que des êtres humains puissent commettre de tels actes au nom d’une quelconque idéologie sans devenir eux-mêmes des animaux.

Jean-Claude KESSLER

6 Comments:

Blogger Gargamelo said...

Ton boulot mérite mieux...il mérite d'être lu...faudrait peut-être changer de stratégie "marketing"...à moins que
tu ne préfères lentement MOURIR ?

Gargamelo le sorcier wallon

4:39 PM  
Blogger Enzo said...

J'accepte toutes les idées intellegeamment constructives.

11:14 PM  
Anonymous legrif said...

Bravo pour ces témoignages poignants et cruels à la fois. Nous n'oubierons pas. In Mémoriam...

6:01 AM  
Anonymous Anonymous said...

BRAVO

11:39 AM  
Anonymous toto said...

Je vous ai compris , BRAVO !

6:56 AM  
Anonymous Prodeo said...

Gargamelo, notre Sorcier Wallon, est mort.
Vous pouvez lui rendre un dernier hommage sur son site.
Très cordialement,
Prodeo

8:48 PM  

Post a Comment

<< Home