Wednesday, December 20, 2006

A propos du génocide ukrainien de 1932-33

(Légende de la photo : dessin de Dimitri, souvenir personnel de sa campagne de Russie. Fraternisation d'un motocycliste allemand avec les enfants d'Ukraine. En 1941, les Ukrainiens accueillirent les Allemands en libérateurs)
Le gouvernement ukrainien vient de faire une œuvre utile de mémoire : une exposition sur le génocide de 1932-33 vient d’être inaugurée le 24. Nous avions déjà évoqué ce génocide dans le n°46 du Libre Arverne mais désormais le bilan est à revoir à la hausse. Ce n’est pas 6 millions mais 10 millions d’Ukrainiens qui sont morts de faim dans ce qui a été le génocide le plus terrible du 20e siècle. Les preuves sont accablantes : rapports secrets des autorités, témoignages, photos d’enfants squelettiques et de rues jonchées de cadavres… Nous ne reviendrons pas sur les éléments donnés dans le numéro précédemment cité, ni sur le génocide de 1937-38 qui sera abordé dans le numéro 242. Nous avions vu dans le n°46 le rôle de Kaganovitch et l’une des raisons de ce génocide : obtenir un maximum de devises pour le financement de l’Opération Orage, le plan de conquête de l’Europe dont la date de déclenchement sera fixée finalement au 6 juillet 1941… Le financement de l’Opération Orage n’était pas la seule raison du génocide ukrainien : il y avait également celui de « l’industrialisation » du pays et bien évidemment la haine atavique qu’éprouvent les Juifs pour les peuples chrétiens et paysans comme les Ukrainiens, voués par le Talmud à l’extermination.

Les instances juives internationales ont collaboré avec le communisme, et ce en plein génocide ukrainien, de manière systématique et totale. Les B’naï B’rith, la plus puissante organisation juive internationale, se sont faits les apologistes et les principaux soutiens de l’URSS, spécialement dans sa politique ukrainienne. Alors que le génocide bat son plein, les B’naï B’rith ne trouvèrent comme reproche à l’URSS que la baisse de la pratique religieuse juive (article Les Juifs en Crimée, février 1932) mais signale avec ravissement la sur-représentation des Juifs dans les instances dirigeantes du communisme ukrainien… Par le biais du Joint Distribution Committee, la communauté juive américaine finança à hauteur de 17,3 millions de dollars la création de 180 villages juifs en Ukraine et en Crimée sur des terres volées aux paysans chrétiens. On comprend mieux quand on sait que Lazare Kaganovitch était très lié à Etienne Mercier (de la banque Rothschild), l’un des meneurs du Mouvement Synarchique d’Empire (financé par les aciéries Lambert-Ribot), la banque Lazard et la banque Worms. Nous avons vu également que c’est le 5 janvier 1930 que le génocide ukrainien fut voté par le Politburo. C’est Kaganovitch qui s’en charge personnellement. Le 22 octobre 1932, il est mandaté par le Politburo avec son coreligionnaire Molotov pour piller la région. Il s’installe le 2 novembre à Rostov et donne ses directives : « l’extermination des saboteurs ». Les « saboteurs » en question sont le peuple ukrainien dans son intégralité. Molotov envoie un rapport à Moscou : les Ukrainiens vont mourir de faim, mais le plan de collecte sera appliqué impitoyablement. N’ayant plus rien à manger, les paysans essayent de partir vers les villes. Ils seront impitoyablement refoulés et exterminés. L’exposition regorge de témoignages de ce genre. Katerina Martchenko, née dans le village de Klichyntsi, dans la région de Tcherkassy, au bord du Dniepr, qui a fait une glorieuse Seconde Guerre Mondiale dans les rangs de l’Armée Rouge, déclare : « Ce qui nous a sauvé, ma mère, mon frère et moi, mais aussi d’autres habitants du village, c’était la rivière. Nous allions pêcher en cachette. Ils n’avaient pas pu réquisitionner les poissons ! ». Plus loin : « Mon village comptait 1.200 maisons, soit environ 7.000 âmes, et 2.000 personnes ont péri lors de la famine qui a duré environ un an ». L’horreur de cette famine planifiée ressort dans ce témoignage : « Nous empruntions un raccourci pour aller à l’école. Un matin, ma mère nous a dit : « Vous passerez désormais par la rue principale. Il y a des cannibales, des ogres ». Un grand-père, rendu fou par la faim, avait tué et mangé son petit-fils. C’est son fils, et père de l’enfant, qui en rentrant de la ferme l’avait surpris en train de manger et il l’avait tué de rage ».

Pour receler le blé volé, Kaganovitch s’adressa à ses frères de sang : les banques internationales américaines, qui – grâce à ces stocks achetés à des prix dérisoires – purent torpiller les cours agricoles et ainsi maintenir dans la ruine les paysans américains et canadiens, déjà très pénalisés par la Crise de 1929 (provoquée par les mêmes banques). En France, c’est Louis Louis-Dreyfus, le grand-père de l’actuel patron de l’Olympique de Marseille, qui vendit le grain volé de la bouche des enfants d’Ukraine. Normal quand on sait que le Louis-Dreyfus en question était l’un des bailleurs de fonds de l’Humanité, enrichi dans la boucherie de la guerre 14-18 (fourniture des armées, grâce à Clemenceau, dont la famille avait des juifs à tous les niveaux comme les immeubles avaient le gaz à tous les étages, la guerre se prolongea un an pour plus de profits… et plus de morts goïm, double bonus). Cargill eut également sa part du gâteau, le trust américain ayant fait « cadeau » à la France du sieur Mendès-France, l’homme qui livra l’Indochine au génocide. Regarde qui m’embauche et je te dirais qui je suis…

Nous avons vu dans le n°46 que la politique allemande en Ukraine avait été sabotée par le communiste infiltré Koch, nommé par le « rouge-brun » Bormann, adversaire juré de la croisade anti-bolchevik. Il était notoire que Alfred Rosenberg, dont l’influence au sein du parti nazi était des plus marginales, défendait l’idée d’une Ukraine libre. Par contre, il est moins connu que Heydrich défendait également cette idée (tout comme il défendait l’idée d’un état juif, étant personnellement sensible à cette question en tant que vierteljude) : il créa ainsi à Prague une université ukrainienne selon les vœux du patriote ukrainien Wolodymir Kubijovytsch, président de l’UCC (Comité National Ukrainien). Les génocides ukrainiens auront une incidence sur la Seconde Guerre Mondiale. 80 % des Juifs d’Ukraine furent évacués par l’Armée Rouge, mais 20 % ne purent ou ne voulurent partir. Le peuple ukrainien se vengea sur eux, les massacrant massivement avant même que le premier allemand n’arrive dans les villes. Ceux qui échappèrent aux Ukrainiens furent souvent liquidés en représailles par les Einseitzkommandos qui appliquèrent le « un pour un » : pour chaque cadavre découvert dans les charniers du NKVD, un juif sera tué. Privés de justice, les Ukrainiens n’eurent pour seul recours que la vengeance et celle-ci prit, comme nombre de vengeances, un tour sinistre. Dans les camps nazis, les Ukrainiens se portèrent volontaires pour les postes de « kapos » et malheur au Juif qui tombait entre leurs mains : il allait payer pour ses frères d’URSS… Combien d’Ukrainiens en accablant de coups un pauvre hère en tenue rayée qui, 9 fois sur 10, n’avait jamais entendu parler de l’Ukraine, pensaient ainsi venger une sœur, un père, un cousin, un fils mort de faim… Vengeance inutile, car ayant eu pour résultat l’exact contraire de ce que recherchaient les Ukrainiens : leurs bourreaux devenaient aux yeux du monde des victimes.

Le gouvernement se trompe sur un point. Le peuple russe est totalement innocent de cette affaire (puisqu’il n’a jamais dirigé l’URSS) et le ponctionner sous prétexte qu’il serait l’héritier de l’URSS serait injuste. Il faut ponctionner l’état qui se rapproche le plus de la composition ethnique des bourreaux du peuple ukrainien. Cet état existe : c’est Israël. Israël doit payer pour ce qui est sans doute le crime le plus abominable du 20e siècle, l’Holocauste par haine anti-chrétienne et ce à au moins 3 reprises de tout un peuple, sans distinction d’âge, de classe sociale ou de sexe. Le montant des réparations est facile à calculer : pour 6 millions de Juifs, Israël a touché 120 milliards de dollars de l’Allemagne. Donc, pour les Ukrainiens exterminés lors des trois génocides, à savoir 10 millions de morts en 1933, 3 millions en 1937 et 3 millions en 1945, Israël doit verser 320 milliards de dollars au gouvernement ukrainien, mais également donner l’équivalent de 8/3 de tout ce qu’elle a reçu de l’Allemagne en usines, brevets, navires et autre… Il faut également, et c’est la moindre des choses, expulser de l’université et de l’éducation nationale les négationnistes du génocide ukrainien, à commencer par « l’historienne » Lacroix-Riz et ses complices, confisquer les journaux, maisons d’édition et tout autre support culturel ayant édité ses « travaux », confisquer également les entreprises s’étant enrichies directement ou indirectement avec le génocide ukrainien et interdire les organisations qui y ont collaboré, ne serait-ce que par apologie du régime qui l’a provoqué…

28 Comments:

Anonymous Anonymous said...

Importante colonia ucraniana en Argentina, de creencias anti comunistas.....

12:13 AM  
Anonymous Anonymous said...

Ukraine asks Spain to declare 1932- 1933 famine as Genocide......

4:18 AM  
Blogger chartreuse said...

Incroyable délire antijuif quidénature une réalité atroce dont le responsable est géorgien.
Une erreur de taille, entre autres, Molotov n'était pas juif.
chartreuse

12:08 PM  
Blogger Enzo said...

Encore une négationniste juive... Staline était aussi "géorgien" que Cohn-Bendit était allemand.
Quant à Molotov, marié à une juive militante, il l'était aussi mais pas de la tendance talmudique.

Tout l'entourage de Staline était juif : Beria, Kaganovitch, Ehrenburg, Vichinsky, Jdanov.

Bref : 0/20 en histoire pour la Chartreuse...

1:25 PM  
Anonymous ko† said...

je suis Russe et je suis vraiment convaincu par ce que cous dites a propos de l URSS. En fait, c'est ce que les nationalistes russes essayent de prouver maintennant. On est content qu'il ya les Francais de notre avis.

12:05 PM  
Anonymous Anonymous said...

le dessin de DIMITRI qui illustre cet article, il est extrait de quel livre ?

c'est bien le même dimitri qui a fait des BD sur les kamikazes, sur la bataille de kourk et sur le goulag ?

10:07 AM  
Blogger Enzo said...

Oui, il s'agit bien de ce Dimitri là.

Ce dessin ne vient pas d'un album mais d'un calendrier de la défunte maison d'édition Gergovie illustré par lui

11:12 AM  
Anonymous Anonymous said...

Kaganovitch était juif. Il a été le pire des hommes. Cela prouve que les juifs aussi peuvent commettre des attrocités, et que les juifs sont donc des humains comme les autres.

Le peuple juif d'aujourd'hui regrette ce qui s'est passé. En tant que jeune juif athé, je peux vous dire que cette histoire m'a bouleversé, et que je compatis totalement avec la douleur des urkainiens, et que je comprends leur antisémitisme.

Les juifs ont su se réconcilier avec les allemands, il faut que les ukrainiens fassent de même.

Cela ne se fera pas en détournant l'histoire, ni en l'exagérant comme ce qui est fait dans ce blog.
Battons nous ensemble pour nous comprendre, et que cela ne se reproduise jamais...

3:03 AM  
Blogger Enzo said...

Pour que les Ukrainiens se réconcilient avec les Juifs, c'est très facile : il faut que les Juifs implorent le pardon, qu'ils versent à l'Ukraine plusieurs milliards de dollars d'indemnités et que le génocide ukrainien soit étudié danc chaque école israélienne et que les Juifs admettent que leurs ancêtres ont été des criminels car sans la complicité de la totalité du peuple juif, ce génocide n'aurait pu avoir lieu...

Alors à genoux, et à la caisse messieurs les Pharisiens...

3:17 AM  
Anonymous stalingrad said...

pauvre raté avec ton blog de merde:

Vous avez perdu, vous étiez et n'êtes que des frustrés les fachos

C'est trop drôles de voir des clowns comme enzo se mettre du côté des vaincus, des traitres et des laches... guignol

ps: cette thèse n'est que celle délirante de mein kampf

1:17 PM  
Blogger Enzo said...

Certaines personnes encore ourlées de tendre naïveté me disent parfois que j'exagère lorsque je mets le doigt sur l'incapacité crasse des zélotes du dogme historique officiel d'avoir la moindre chose pouvant, éventuellement, ressembler à un argument.

Une preuve de plus...

8:02 PM  
Anonymous HerbeDeProvence said...

oui la seule question valable est: Est-ce que ce qui est dit ici est vrai ou faux?
Si c'est faux, alors il faut poursuivre Enzo pour ses mensonges.
Si c'est vrai, il faudrait songer à poursuivre la famille Louis-Dreyfus (et sûrement d'autres?)pour s'être enrichi de manière si immorale... On a bien nationalisé Renault pour moins que ça?

9:25 AM  
Blogger Enzo said...

Louis-Dreyfus ne s'en est jamais caché.

Au fait, c'est un hasard, mais dès le premier championnat de France de football (saison 1932-33), un club était déchu de son titre pour corruption. Ce club, c'était Antibes, soutenu par son député, un certain... Louis Louis-Dreyfus !

9:56 AM  
Anonymous Pianoforte said...

Bravo !
Israel doit payer !

4:30 AM  
Anonymous Anonymous said...

J'aime bien le "jeune juif" de 3:03 qui dit que "Les juifs ont su se réconcilier avec les allemands, il faut que les ukrainiens fassent de même."

Très bien, alors que les Juifs fassent de même que les Allemands et paient les indemnités qui conviennent aux Ukrainiens.

4:31 AM  
Anonymous Anonymous said...

pauvres tares de fachos

1:13 PM  
Blogger Enzo said...

Mis à part Agnostique qui semble avoir des arguments, voici le niveau global de nos adversaires...

11:24 PM  
Anonymous Numéro 6 said...

Excellent site. Étude qui me paraît très bien documentée, même si je suis ne peux prétendre être un expert achevé sur tout ce que je lis ici, bien je ma connaissance de la seconde guerre mondiale soit loin d'être anecdotique, spécialement concernant "l'Östfront". C'est un peu normal, mon père était russe et avait combattu dans l'armée Wrangel, ça laisse des traces.
De toutes façons, les seules réactions et commentaires des abrutis lobotomisés et/ou décérébrés ainsi que ceux des ordures abjectes et patentées, parfaitements conscient(e)s des réelles responsabilités des différents protagonistes mais néanmoins décidés à continuer de camoufler leurs écailles reptiliennes sous une pelure d'agneau, sont tout à fait révélatrices et sont amplement suffisantes pour permettre de se faire une opinion et déméler où se trouve le vrai et le faux.

8:57 PM  
Anonymous HerbeDeProvence said...

je me suis permis de mettre un lien sur mon blog vers cette page.
Amicalement

2:19 PM  
Anonymous Anonymous said...

Intéressant, mais il faudrait avancer des preuves, des documents, des références, parce que balancé comme ça, c'est assez peu crédible.

10:45 AM  
Blogger Enzo said...

Cet article a été écrit en synthétisant les travaux de nombreux historiens et spcialistes de la haute finance. Les faits étaient connus dès qu'ils se sont produitsz.

10:56 AM  
Blogger av_421 said...

Cette thèse d'une responsabilité juive me paraît u et un peu fumeuse:
1) la "dékoulakisation" et la collectivisation des terres l'ont été pour accumuler du capital afin de poursuivre l'industrialisation.
2)Cette idée de "reconquête de l'Europe" est hautement fantaisiste:
comment préparer une reconquête de l'Europe et dans le même temps liquider les officiers les plus capables quelques années plus tard (Toukhatchevski?..)
De plus, au même moment, Staline proclamait le "socilalisme dans un seul pays"...
3)Le régime nazi était loin d'être homogène, et une certaine tradition allemande considérait les russes comme un peuple sous-développé. Si l'on ajoute à cela une croyance dans le néo-darwinisme, le peuple russe était voué à être exterminé.
4) Dire que les juifs étaient collectivement responsables du génocide arménien est quand même fantaisiste: quels intérêts ?
5) Le sang juif d'Heydrich était une légende crée par ses rivaux du NSDAP jaloux de son accession.

6:51 AM  
Blogger Enzo said...

1 - Explication fort simpliste, les raisons étaient multiples.

2 - Les projets d'invasion soviétiques pour 1941 ont été abondamment confirmés par les archives soviétiques et même admis par les Russes eux-mêmes (le général Volkov, héros de la seconde guerre mondiale notamment). Toukhatchevski a été liquidé car jugé, A JUSTE RAISON, trop germanophile. Il était très lié au national-bolchevik Bormann.
Les meilleurs officiers russes, notamment Artemev, n'ont jamais été "purgés"

3 - De nombreux nazis étaient pour la main tendue aux slaves : Heydrich, Rosenberg notamment.

4 - Quel intérêt ? Haine antichrétienne prêchée par le Talmud. Irrationnelle certes, mais un cerveau goy ne peut pas comprendre ce qui se passe dans la tête d'un juif. Ce n'est pas la même vision du monde.

5 - Heydrich est le petit-fils de Sarah Krenz comme le prouve les registres d'état-civil. Etre de race juive mais avoir rompu avec leur mentalité n'a jamais empêché de faire carrière à la NSDAP. Deux maréchaux juifs, l'amiral favori d'Hitler, 25 généraux dont le père de la Blizkrieg et 125.000 soldats.

7:24 AM  
Blogger av_421 said...

deux trois petites choses:
1) il est vrai qu'une partie des nazis souhaitait une main tendue aux slaves, ms cette tendance n'a pas été partagée par beaucoup: Koch, que vous citez, Hans Frank, Hitler.. Et Himmler.Voir les Einsatzgruppen et la Shoah par balles.
Voir aussi le sort des prisonniers russes durant l'hiver 1941 et 1942, plus d'un million moururent.
2)
De plus, ce genre de fait ne concerne pas uniquement de l'Ukraine, mais également la Biélorussie, la Russie toute entière.
3)
"Toukhatchevski a été liquidé car jugé, A JUSTE RAISON, trop germanophile. Il était très lié au national-bolchevik Bormann."
Il avait travaillé depuis des années avec les allemands: cette politique de collaboration militaire fut mise en place entre les deux parias de l'Europe d'alors: URSS et Allemagne, ceci dès la république de Weimar.
De plus, le national-bolchevisme en tant quetel a plutôt été représenté par les frères Strasser, et l'un deux (gregor) le paya de sa vie lors de la nuit des longs couteaux.
3)le projet d'invasion soviétique:
quelles sources dans les archives ?
de plus de nombreux officiers fort capables furent purgés, notamment Joukov (goulag)
4)Le père de la Blitzkrieg: Guderian lui-même ?
Pour Heydrich: sa grand-mère s'est effectivement remariée avec un juif, mais lui-même ne l'était pas
5)Les juifs et l'union soviétique:
s'il est incontestable qu'énormément de bolcheviques de la première heure furent des juifs, ce fut du fait des persécutions tsaristes d'avant-guerre.
de plus, énormément de minorités de l'Empire Russe s'engagèrent de même ,et pour les mêmes raisons:
Lettons, Asiates notamment.
6) Pour l'Ukraine, c'est plus compliqué, effectivement, notamment la volonté de "nettoyer" l'Ukrane de toute volonté indépendantiste.

12:07 PM  
Blogger Enzo said...

1 - Koch a saboté pour la bonne raison qu'il était un ancien du Parti communiste "rallié" aux nazis et agent soviétique comme son ami Bormann. Franck était assez peu capable e til était prévu que Heydrich le remplace en Pologne.

2 - La famine de 1932-33 a frappé l'Ukraine, la Biélorussie, le Kouban et le Kazakhstan.

3 - Pour l'invasion soviétique, je citerais par exemple les travaux du colonel Hoffmann, responsable des archives de l'armée du gouvernement allemand de collaboration avec l'occupant américain (Bundeswehr), ceux du colonel du GRU Vladimir Rezun aka Viktor Suvorov et les articles du général Volkov, héros de la Seconde Guerre Mondiale.
Pour le national-bolchevisme, il en restait au sein de la NSDAP, notamment Bormann, Koch voire Goebbels.
Joukov n'a jamais été au goulag, vous devez confondre avec Rokossovski.
4 - Non, von Manstein était juif mais pas Guderian. Je parlais d'un général allemand d'aviation juif qui a appliqué le premier la Blitzkrieg, le nom l'échappe, quelque chose comme Weinberg. Heydrich était juif d'origine, Canaris le savait et cela leur faisait un point commun, d'où le amitié. Heydrich savait jouer du violon comme seuls les Juifs savent le faire.
5 - Les Juifs ont tué le tsar qui les a émancipés, cela veut tout dire... Les Juifs ont été la seule minorité qui a totalement collaboré avec les bolcheviks dont ils fournissaient 70 % des cadres jusqu'en 1936 et 40 % ensuite. En 1953, tout l'entourage de Staline était juif.

1:00 PM  
Blogger Enzo said...

Et pendant que j'y suis,, message à "anonymus CR" : lisez les contribution de mon contradicteur : voilà ce que j'appelle des arguments !!!

1:01 PM  
Anonymous jeff said...

shalom tout le monde , ça fait deux mille ans qu'on nous colle tous les malheurs du monde toutes les infamies , toutes les trahisons , alors un génocide en plus...si cela vous soulage , pourquoi pas ? goy veut dire non juif, donc chretien peut etre? Mais Jésus est de quelle origine ???? ses idées ont été la source du Christianisme pour lequel on a versé beaucoup de sang pendant des siecles.Donc si je suis le discours du Blog beaucoup d'hommes sont les enfants de jesus ,le juif , donc le monde est responsable....ça fait qu'on est tous responsable et pas seulement les JUIFS......
jeff aware , bruxelles

2:42 PM  
Blogger liberté dinformation said...

Le niveau des "commentaires" des divers Anonymous, Stalingrad et jeff montre effectivement la qualité, l'origine et la motivation réelle de leurs interventions.

On voit bien ce que tente maladroitement d'insinuer un Anonymous à l'intention de lecteurs arrivés ici par hasard : "Circulez, y'a rien à (sa)voir !".
L'Holodomor est documenté et sur-documenté depuis longtemps. Il n'y a qu'ici en Europe de l'Ouest qu'on n'en entend pas parler dans les écoles. La Shoah, en revanche...

Tous les visiteurs de passage auront compris pourquoi.

Autre "détail" de l'histoire soigneusement occulté entre deux leçons de shoah : la composition majoritairement juive du Comité Central du Parti Bolchevique, du Comité Central Exécutif, et de la Tchéka, la police secrète soviétique ancêtre du KGP et du GPU

http://www.russie.tv/octobre-1917.html

Voilà le genre de « délire anti-juif » dont chartreuse et consort nous accusent. C’est une inversion accusatoire typique. On lira avec profit à ce sujet Les Espérances planétariennes, Psychanalyse du judaïsme et le Miroir du judaïsme , Éditions Baskerville d’Hervé Ryssen.

4:21 AM  

Post a Comment

<< Home